Archives de catégorie : Expositions

Signature de mon livre « Le droit du marché de l’art » au sein de la galerie GADCOLLECTION

SIGNATURE(c) David NIVIERE

Le 12 avril dernier, j’ai eu le plaisir de revoir des amis, des confrères et de rencontrer les premiers lecteurs de mon livre sur « Le droit du marché de l’art » (collection droit expert- GUALINO EDITEUR), sorti en librairie le 3 avril 2018, au sein de la très belle galerie GADCOLLECTION, spécialisée exclusivement dans la photographie au 4, rue du Pont Louis-Philippe 75004 PARIS.

A cette occasion, les visiteurs ont également pu découvrir les photographies de l’exposition « New-York Dream » de Kyriakos KAZIRAS.  La prochaine exposition sera consacrée au portraitiste de renom Douglas KIRKLAND, à partir du 24 mai jusqu’au 27 juin 2018. Je serai évidemment au vernissage pour cette exceptionnelle rétrospective à l’occasion des 50 années de carrière du photographe, durant lesquelles il a immortalisé tant de grands moments du cinéma et de la mode. L’événement est d’ores et déjà salué par VOGUE !

Je ne manquerai pas de vous informer des prochaines signatures de mon livre dans les galeries et librairies,  que j’apprécie, à Paris et en province. Nous devrions avoir de nombreuses occasions de nous rencontrer pour parler de droit et d’art lors des prochains colloques et formations que je prépare  pour approfondir certains thèmes abordés dans mon livre.

Au plaisir de vous rencontrer prochainement!

Anne-Katel MARTINEAU

SOURCES ET REMERCIEMENTS

Remerciements à Monsieur Gad EDERY, propriétaire de la galerie GADCOLLECTION, pour son accueil. Site Internet de la galerie GADCOLLECTION 

Remerciements au photographe David NIVIERE pour ses photographies et son enthousiasme.

Liste non exhaustive des librairies où vous pouvez commander mon livre en ligne en version papier:

Le portrait Pop Art par Umo Masada

Depuis 2015, Umo Masada réalise de nombreux portraits d’inconnus, de stars françaises et internationales.

Nous nous sommes rencontrés en 2016 et je le représente aujourd’hui en France, aux Etats-Unis et à Londres.

En 2016, il a été sélectionné par Joey Starr et la galerie Art Cube à Saint-Germain-des-Près. Cette superbe exposition de décembre 2016 qui se poursuit en ce début d’année 2017 retrace les moments forts de la carrière du rappeur devenu comédien.

L’ individu de manière générale, qu’il soit connu ou inconnu, est une source inépuisable d’inspiration pour l’artiste. Umo Masada aime choisir une expression d’un individu pour la sublimer de couleurs vives.

Très influencé par le Pop Art et la culture dite populaire, la publicité, le cinéma Hollywoodien et les bandes dessinées, on retrouve quasi tous les codes de ce courant des années 70 dans son travail artistique. Le travail qu’il fait de la peinture sur la toile est singulier.

Umo Masada aime peindre les personnes qui sont arrivées à atteindre leurs objectifs là où on ne les attendait sans doute pas. Il aime aussi les « accidentés de la vie » qui ont su magnifier leur existence en concrétisant leurs rêves.

Umo Masada répond régulièrement à des commandes privées afin de poser ses couleurs vives sur les traits de ses modèles.

Il est actuellement en préparation d’une grande exposition sur les portraits de Stars de cinéma qui sera présentée à Paris prochainement. Les dates seront communiquées dans une prochaine brève sur ce blog et dans la rubrique actualités du site Internet de mon cabinet www.media-tic.com

Pour toute information sur son travail, merci d’adresser un email à info@medias-tic.com

Anne-Katel Martineau, avocate au barreau de Paris, mandataire d’artistes et d’auteurs

ExpoJoeyStarrLes deux artistes posent devant le portrait qu'Umo Masada a réalisé et qui a été exposé par la galerie parisienne Art Cube.

Vernissage à la galerie parisienne Art Cube, le 1er décembre 2016, avec Joey Starr et Umo Masada.

L’art, un héritage universel- le souhait de l’artiste américain Seward Johnson

Lors d’un dîner à New York, j’ai rencontré l’artiste américain John Seward Johnson II dit Seward Johnson, sans le savoir je connaissais déjà plusieurs de ses oeuvres. On dit d’ailleurs qu’il est l’artiste américain, le plus connu et le moins connu…

Effectivement, ses oeuvres monumentales en bronze sont exposées dans les lieux publics de nombreux Etats américains et ont été exposées aussi dans le monde entier. En 2014 et l’an dernier, certaines ont été exposées en France, à Caen et à Paris.

sewardetannekatel

J’ai été fascinée par sa gentillesse et sa simplicité, son désir de partager son oeuvre avec le plus grand nombre et en l’occurence avec moi, ce soir-là et par la suite… Il m’a expliqué que son rêve était de rendre l’art accessible à tous. L’art a transformé sa vie et peut transformer la vie de chacun d’entre nous.

sewardetannekatel2

J’ai senti la souffrance de l’artiste parfois incompris dans sa démarche mais aussi finalement le prix qu’il a dû payer parfois en étant le « fils de »… Les critiques d’art ont souvent été acerbes. Si les succès ont été maintes fois au rendez-vous durant sa vie bien remplie, il souhaite laisser un héritage pour les spectateurs du futur, titre de l’un de ses livres « Living for legacy ». Il a d’ailleurs acheté en 1992 un très vaste terrain où il expose ses oeuvres et celles d’autres artistes dans son « Grounds for sculptures ». Deux fondations dans le New Jersey et à Santa Monica font également un travail formidable pour faire connaître son oeuvre dans le monde.

Son destin semblait tout tracé, son père était le fondateur de la multinationale médicale et pharmaceutique, Johnson & Johnson. Son service militaire pendant la guerre de Corée l’a marqué. Sans doute qu’ensuite, il n’a plus jamais vu la vie de la même manière. L’urgence de vivre et de s’accomplir avaient pris le dessus. La volonté de laisser sa trace, son empreinte, d’être témoin d’une période et de l’interpréter avec l’utilisation de logiciels afin de rendre des personnages visibles en 3D, de pouvoir les toucher, de pouvoir s’asseoir avec eux pour un déjeuner sur l’herbe et surtout de pouvoir permettre aux autres de le faire afin de partager l’art…

Il commença à réaliser des statues de taille modeste en bronze. Il se fit remarquer et remporta un prix pour son oeuvre « Stainless girl » à l’entrée du Parc Grounds for Sculpture, symbole du début de sa vie d’artiste. Ensuite, il créa sa propre fonderie pour réaliser des sculptures monumentales, de 8 mètres jusqu’à 21 mètres, représentant des personnages de la période impressionniste qui le fascine mais aussi des icônes telles que Marilyn Monroe. Il décide donc de faire sortir les personnages des toiles ou des photographies pour les réaliser en 3D. Son travail a fait l’objet de nombreuses controverses sur l’originalité des oeuvres et sur la valeur artistique intrinsèque de telles productions du fait notamment de l’utilisation de la technologie. Ces critiques semblent absurdes aujourd’hui, selon moi, lorsque l’on observe l’utilisation de toutes les technologies par les artistes, et ce n’est que le début…

Certaines oeuvres ont fait l’objet de procès notamment l’oeuvre « Unconditionnal surrender », symbole de la fin de la guerre qui veut dire beaucoup pour Seward. Elle a été photographiée en février 2014 devant le Mémorial de Caen. Je suis à droite sur la photographie près du pied de l’infirmière. Pour vous donner une échelle, je dois mesurer la taille de deux souliers de l’infirmière, soit 1m70!

anne-katel-the-kiss

Sans détailler ces procès, ce qui serait trop long pour ce blog, je citerai les arguments  repris sur Wikipédia: « Unconditional » aussi intitulée « Unconditional surrender », que l’on peut traduire par « réddition inconditionnelle », évoque deux photographies célèbres de la même scène, V-J Day in Times Square , du photographe Alfred Eisenstaedt, qui a fait la couverture de Life Magazine en 1945, et Kissing the War Goodbye, de Victor Jorgensen. « L’œuvre provoqua une polémique sur les droits d’auteur. Seward Johnson dit s’être inspiré de la photographie de Jorgensen, libre de droits, mais la reproduction des membres inférieurs et des souliers, non visibles sur la photographie de Jorgensen, est identique à ce qu’on voit sur la photographie d’Eisenstaedt, dont les droits d’utilisation sont protégés ».

L’oeuvre est restée un an devant le Mémorial de Caen. J’ai pu constater que les visiteurs étaient très curieux et intéressés par le travail de l’artiste, original et puissant. Encore une fois, l’oeuvre intitulée « le baiser géant » dans la presse a fait polémique mais cette fois pour une autre raison que celle de l’atteinte aux droits d’auteur. L’association Osez le féminisme a dénoncé une « agression sexuelle comme un symbole de la libération ». Une pétition a circulé pour le retrait de la sculpture qui est restée pour le plus grand plaisir des visiteurs du Mémorial de Caen. Deux plaques ont été apposées devant l’oeuvre pour expliquer les arguments de l’artiste et ceux de l’association. Un compromis a ainsi été trouvé, ce dont j’ai pu me réjouir!

En 2015, le Parc Monceau, dans le 8ème à Paris, a accueilli trois oeuvres durant deux mois. Elles poursuivent actuellement leurs voyages à travers le monde en retournant de temps en temps aux Etats-Unis, leur terre de naissance.

img_0263img_0262img_0264

Peut-être que cet article vous donnera l’envie de les suivre à travers le monde. Seward Johnson aura ainsi atteint son objectif, celui de rendre son art universel et peut-être, immortel…

Sources:

Site officiel:

http://sewardjohnsonatelier.org

ART ET RESEAUX SOCIAUX- AI WEIWEI A VIENNE

L’artiste Chinois Ai Weiwei, né en 1957, sera exposé prochainement à Vienne du 14 juillet au 20 novembre 2016 pour une grande exposition intitulée « Translocation-Transformation ».

Pour la star chinoise de l’art contemporain, « tout est art et tout est politique ». Il ajoute « je ne me soucie pas de savoir si ce que je fais relève ou non de ce que l’on appelle l’art. Mon but est de communiquer avec le regardeur ».  (Magazine M, 9 janvier 2016 « L’art du combat ».

Après avoir été emprisonné à Pékin, il a fuit pour s’installer à Berlin. Il enseigne à l’Université des Arts de Berlin. Le 12 mai 2008, un tremblement de terre a frappé la région de Sichuan qui a tué 90 000 personnes et a entraîné le déplacement de la population. La police chinoise a rendu le blog de l’artiste inaccessible car il avait publié les noms des jeunes victimes du séisme. Il dénonçait, en outre, les conditions de construction des bâtiments et la corruption des entreprises et des politiques. Face à la censure, il décide de créer. Une journaliste réalise un documentaire « Never Sorry » sur son combat politique.  Alison Klayman recevra de nombreuses distinctions pour son travail qui sera salué par la critique internationale en 2012 et 2013. Vous pouvez consulter sur ce site Internet les informations concernant « Ai Weiwei, Never Sorry » http://www.aiweiweineversorry.com

De son emprisonnement, il tire les scènes SACRED, un diaporama autobiographique qui a été exposé à la Biennale de Venise en 2013. Rappelons qu’en 2010, une de ses oeuvres a été détruite car il était considéré comme « dangereux » : son image était appréciée par les jeunes qui le suivaient sur Internet et les réseaux sociaux. Il décide de récupérer les débris de son oeuvre et de reconstruire une oeuvre qui sera exposée en 2015 à la Royal Academy of Arts à Londres. Aucun grand musée parisien ne l’exposera. Ses grands cerfs-volants d’oiseaux et des dragons en fibres de bambou ont toutefois été exposés au Bon Marché au début de l’année 2016.

L’artiste chinois nourrit une grande admiration pour Marcel Duchamp et le ready-Made mais il indique que le déclic artistique a surtout été produit par Internet qui marque un tournant dans son art. Il déclare qu’Internet a tout changé dans sa vie. « Il m’a nourri, m’a ouvert des espaces où je n’aurais jamais imaginé aller ». Il ajoute dans cette interview pour M, le magazine du Monde, publiée en début d’année, qu’avant 40 ans, et l’accès à Internet en 2000, il était sans direction. L’artiste considère qu’il doit beaucoup aux réseaux sociaux qui sont sources d’inspiration. Ils l’aident à comprendre le monde qui l’entoure, à avoir conscience de la souffrance pour la transformer en art et faire de ce dernier un pouvoir.

L’exposition à Vienne qui débutera le 14 juillet 2016 témoigne de son engagement pour les réfugiés. Vous pouvez consulter ce site Internet pour plus d’informations sur l’exposition http://aiww.21erhaus.at/?gclid=CO_H58yWm80CFbgy0wodJbMHIA

 

Andy WARHOL à Metz et à Paris, de l’underground aux shadows…

WARHOL AU CABINET

Le Musée d’Art Moderne de la ville de Paris exposera à partir du 2 octobre prochain, la plus grande installation jamais réalisée par Andy WARHOL, « Shadows ». De nombreuses photographies sérigraphiées en couleur par l’artiste, conservées à New York à la Dia Art Foundation, exposées plusieurs fois aux Etats-Unis, le seront pour la première fois en France. L’exposition devrait permettre de découvrir une facette moins connue de l’artiste Pop Art, qui se jouait des codes et de sa propre image, à travers plus de 200 oeuvres sélectionnées.

Andy WARHOL est actuellement, depuis le 1er juillet, mis à l’honneur par le Centre Pompidou-Metz grâce à la commissaire de l’exposition intitulée « Warhol Underground », Emma Lavigne. Elle évoque les relations entre Andy Warhol, Bob Dylan et le Velvet Underground dans plusieurs interviews publiées ces derniers jours.  Warhol disait « je n’ai jamais voulu être peintre, j’ai toujours voulu être danseur de claquettes ». Une provocation pour ne pas être réduit à la dimension picturale qui l’a fait connaître?

Peut-être mais il ne fait nul doute que ses passions pour la danse et la chorégraphie sont transposées dans ses oeuvres picturales, et ce, dès la fin des années 60. Ensuite, il va jusqu’à produire des clips et créer au début des années 80 sa propre chaîne de TV câblée, Andy Warhol TV. WARHOL, l’artiste qui savait certainement le mieux utiliser tous les médias  de l’époque pour mettre en scène sa vie mondaine et son Art ainsi que ceux qu’il appréciait.

J’avoue être fascinée par cet artiste qui ne finit pas de m’étonner part son immense talent protéiforme.

Je ne sais pas pour vous mais à défaut de pouvoir faire l’acquisition d’un « Warhol« , malheureusement inaccessible (certaines de ses oeuvres ont été vendues plus de 70 millions de dollars chez Christie’s à New York), je ne vais pas résister à faire un petit tour cet été par Metz avant de commencer l’automne à Paris avec Warhol et ses « Shadows« …

Belles visites à tous!